Omniprésent [Entrée 6]

La fin de semaine passée, je sors avec un ami. Le temps passe et vient l’heure du souper. Tout bonnement, on décide d’aller manger au St-Hubert. La zone resto étant complète, on s’installe à une table dans la section du bar. On jase, mais de là où est-ce que j’étais, j’avais dans mon champ de vision, non pas un, mais deux écrans. Un était plogué sur une chaîne d’informations continues et l’autre diffusaient des vidéoclips.

Deux choses.

Tout d’abord, je sors de chez moi, de la routine. J’ai envie de décrocher et de profiter d’une conversation avec mes amis autour d’un bon repas. Mettez-moi pas un écran dans la face! Les stimuli visuels capteront inexorablement mon regard et mon attention au grand déplaisir de mes interlocuteurs. Je parle d’écran télé, mais je crois que le principe peut aussi inclure les téléphones intelligents et tablettes. À la différence que l’un est souhaité par le client et qu’il peut cacher ou éteindre son appareil s’il le souhaite à la différence des téléviseurs du restaurant.

Mon deuxième et dernier point concerne les vidéoclips. Pendant la durée de notre repas, au moins la moitié misait sur des filles en tenue légère se dandinant et ce pendant la majorité du clip. On est en 2014 et malgré le mouvement féministe, on a encore le droit à ça? Et la musique? On est dans un resto en pleine heure de pointe gastronomique. Les gens ont des conversations et pour s’entendre, ils parlent un peu plus fort puisqu’il y a de la musique en fond en plus de la conversation des autres. Bref, c’est bruyant et on ne perçoit à peine la toune. De toute façon, on nous enseigne dans nos cours reliés au cinéma qu’il faut doser image et son. Si l’image est entreprenante, on n’écoute pas et si l’audio est trop distrayant, on n’observe plus. Or, puis-je vous dire que les vidéoclips étaient assez aberrants par moment que je n’écoutais plus rien autour de moi. Le but d’un vidéoclip n’est-il pas de promouvoir une chanson? L’emphase ne devrait-il pas être justement sur la mélodie, les paroles plutôt que sur les figurantes? Oh, c’est vrai. Les paroles n’ont jamais été le fort de l’industrie de la musique commerciale (excusez-la! Elle était trop facile, je l’admets).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s